Traductions de cette page?:

Outils pour utilisateurs

Outils du site


vie_privee:accueil





Vie privée & protection des données personnelles

Retour à l'accueil des catégories

Vous trouverez dans cette catégorie les pages qui traitent des questions relatives au respect de la vie privée et de la protection des données personnelles avec les outils numériques. Tant sur les questions de fond et réglementaires, telles le « Règlement général sur la protection des données » européen (le RGPD), que sur divers outils libres que nous conseillons d’utiliser car plus respectueux que les outils « propriétaires » et « privateur » de nos libertés fondamentales !

Notez aussi que vous trouverez dans la catégorie « Livres, études et ouvrages divers » plusieurs ouvrages qui abordent de près ou de loin des sujets en rapport avec la protection de la vie privée dans le contexte numérique. :-)

— Le contenu de cette catégorie est publié à la fois sur les Wikis d’Educode et d’EthicalNet.eu


La vie privée en quelques chiffres

Tous les Européens ne se soucient pas de leurs données personnelles avec la même intensité…

Graphique Statista – Données personnelles et méfiance des Français

Source : Données personnelles : les Français sont les plus méfiants – Statista – Tristan Gaudiaut – Décembre 2021


Les applis de vos smartphones partagent des données avec des tiers ! Vous le saviez :?:

Graphique Statista – Données personnelles et méfiance des Français

Source : Données personnelles : les Français sont les plus méfiants – Statista – Tristan Gaudiaut – Mars 2021


Repérer les pisteurs dans les applis avec Exodus Privacy

À propos des pisteurs dans les applis, nous ne pouvons que chaudement vous recommander l’écoute du podcast de l’excellente émission de Xavier de La Porte sur France Inter, « Le code a changé », en l’occurrence l’épisode du 23/11/2020 intitulé « Ils cherchent “les trucs bizarres qu’il y a dans vos téléphones” : rencontre avec des traqueurs de trackers ». :-)

Plus d'infos à propos d'Exodus Privacy


Quelques infos et articles intéressants mis en avant

Le 25 mai 2022, l’ONG Human Rights Watch a publié un rapport intitulé « Comment osent-ils s’immiscer dans ma vie privée ? » et qui fait état des « Violations des droits des enfants par les gouvernements qui ont approuvé l’apprentissage en ligne pendant la pandémie de Covid-19 ». Ce rapport très fouillé est basé sur l’analyse de 164 outils numériques qui ont été utilisés par les enfants de 49 pays pendant la crise sanitaire… C’est donc une analyse assez exhaustive, qui est bien entendu toujours d’actualité dans la mesure ou tous ces outils n’ont pas été abandonnés avec l’amélioration de la situation sanitaire que l’on connaît actuellement. Il est même fort probable que l’utilisation d’une partie de ces outils numériques perdure dans le temps, d’autant que l’injonction à « numériser » des pans entiers de nos activités est de plus en plus forte, y compris dans le secteur de l’éducation !

Deux articles en français qui font état de ce rapport :

Il est utile de noter que ce n’est ni le seul, ni le premier rapport de ce genre… Même si celui-ci a la particularité de se focaliser sur les applications utilisées par les enfants à la demande expresse de leur école et professeurs. Ainsi, en novembre 2019, Amnesty International avait également publié un rapport intitulé « Les géants de la surveillance : le modèle économique de Facebook et Google menace les droits humains ». Rapport qui dénonçait clairement les violations des droits humains auxquelles se livrent allègrement les GAFAM et consorts…
Une synthèse en français de ce rapport d’Amnesty est disponible via ce lien (PDF – 550 Kio).


Google Analytics et Google Fonts illégaux en Europe !

L'organisme autrichien chargé de la protection des données, l'équivalent de la CNIL en France, juge l'utilisation de Google Analytics illégale et contraire au Règlement général sur la protection des données (RGPD). Selon l'Autriche, les entreprises européennes qui utilisent Google Analytics permettent à Google de transférer les données de leurs utilisateurs aux États-Unis, malgré le caractère illégal de ce transfert.

Google Analytics est une fonctionnalité qui peut être intégrée par les gestionnaires de sites web tels que des sites de vente en ligne afin d’en mesurer la fréquentation par les internautes. Dans ce cadre, un identifiant unique est attribué à chaque visiteur. Cet identifiant (qui constitue une donnée personnelle) et les données qui lui sont associées sont transférés par Google aux États-Unis.

L’autorité de protection des données françaises – la CNIL – suit la décision prise par son homologue autrichienne un mois plus tôt.

Le 23 juin 2022, l’autorité de protection des données italienne à également déclaré Google Analytics illégal au sein de la péninsule italienne.

Voir les articles suivants à propos de l'illégalité de Google Analytics :

On doit donc s’attendre à ce que, l’une après l’autre, les autorités de protection des données des différents pays de l’UE déclarent Google Analytics illégal dans leurs pays respectifs. PostHog, un outil open source d’analyse de fréquentation des sites web, qui est une alternative à Google Analytics, propose une carte d’Europe avec les différents pays où Google Analytics est interdit (ou en passe de l’être, comme les Pays-Bas).

Après Google Analytics, Google Fonts est également visé par un tribunal allemand

Un tribunal régional de Munich, en Allemagne, a condamné un opérateur de site Web à payer 100 euros de dommages et intérêts pour avoir transféré les données personnelles d'un utilisateur - en l'occurrence, son adresse IP - à Google via la bibliothèque de polices du géant de la recherche sans le consentement de la personne concernée. Le tribunal a déclaré que le site n'avait aucune raison légitime de partager l'adresse IP de la victime, concluant que cette divulgation est en violation du règlement général européen sur la protection des données (RGPD), entrée en vigueur le 25 mai 2018.


France : L'offre cloud Microsoft 365 bannie des ministères et la CNIL dit non aux outils collaboratifs américains pour l’enseignement supérieur et de la recherche

Le cloud oui, celui de Microsoft non. Voilà comment on pourrait résumer la doctrine gouvernementale sur l'hébergement de données au sein des ministères. Il est désormais interdit aux agents publics d'utiliser Microsoft 365, suite bureautique hébergée sur le cloud, sauf pour les projets de migration déjà très avancés. Cette interdiction vise à protéger “les données sensibles” des griffes des autorités américaines.

La CNIL veut mettre un terme à l'utilisation par l'enseignement supérieur et de la recherche d'outils collaboratifs proposés par des entreprises américaines car les données ainsi hébergées peuvent être transférées aux autorités américaines. Une période transitoire est prévue avant de basculer tous les services vers des solutions alternatives.

Voir aussi :


Hypersurveillance : On veille sur nous, on nous surveille – Enquête participative du magazine Médor

Si l’on veut maintenir un modèle démocratique, il appartient à chacun·e d’être garant de sa vie privée. Dans cette enquête participative, Médor décortique avec vous comment une société, y compris au sein de la cellule familiale, bascule de la vigilance à l’hypersurveillance, et interroge : jusqu’où ira-t-on ?

À retrouver sur hypersurveillance.medor.coop

  • Olivier Bailly, journaliste, présente le dossier “Hypersurveillance” de Médor lors de l'émission “Au bout du Jour” sur La Première, radio de la RTBF, le 01/06/2021.


Nos téléphones nous écoutent-ils ? - On n'est plus des pigeons !

Ça nous est tous arrivé de penser que nos téléphones nous écoutent. Mais si, quand par exemple nous parlons de couches pour bébés et que dans la minute qui suit nous recevons une publicité d'une marque de couches en surfant sur les réseaux sociaux. Mais est-ce vraiment le cas ? Est-ce qu'il ne serait pas plus facile pour les régies publicitaires (Google, Facebook et compagnie) de tracker nos comportements grâce à d'autres traces que nous laissons pendant nos navigations ? Les cookies sont-ils nos amis ? Est-il possible de naviguer sans laisser de trace ? Enquête.

francetv slash / enquêtes – Vidéo à voir sur PeerTube (LQDN) (12 min 10) – 05/12/2020


La plupart des services de visioconférence ne sont pas conformes au RGPD
Teams, Zoom, Meet… Les grandes marques de visioconférence épinglées par une autorité de protection des données personnelles allemande.

Les services de visioconférence se sont révélés fort pratiques durant cette crise de coronavirus, mais sont-ils conformes à la protection européenne de données personnelles ? La réponse est non, a estimé l’autorité de protection des données personnelles de Berlin. Celle-ci a analysé les conditions d’utilisation de 17 services professionnels. Seuls cinq ont trouvé grâce à ses yeux et obtenu un « feu vert » dans leur tableau : Wire, Tixeo, sichere-videokonferenz.de, Jitsi-Netways et Werk21. Les grandes marques – telles que Microsoft Teams, Google Meet, Skype ou Zoom – ont récolté un « feu rouge » signalisant des contrats de traitement de données non conformes aux textes de loi.

Dans les conditions de Microsoft Teams, l’autorité a noté des « contradictions », un « manque de clarté » et des « exportations de données illicites ». Celles de Zoom et de Google Meet ne respecteraient pas, entre autres, le droit à l’effacement des données. Au final, l’autorité recommande aux entreprises de ne pas utiliser ces services et de se restreindre aux cinq services qui respectent les règles, du moins formellement.

Gilbert Kallenborn – 01net – 07/07/2020



Le grand mythe de l’anonymisation des données !

Des chercheurs montrent qu'on peut vous réidentifier avec vos données anonymisées, non protégées par le RGPD

Des chercheurs de l’UCLouvain et de l’Imperial College London ont développé une méthode mathématique pour apprendre à réidentifier des individus à partir de données anonymisées. Les résultats publiés dans la revue Nature Communications posent question : nos données sont-elles correctement protégées ?
« Dans le cadre légal actuel, le RGPD en Europe, toute donnée anonymisée ne requiert plus le consentement des personnes. Une fois qu’une donnée est anonymisée, elle peut être partagée ou revendue librement. » RTBF – 23/07/2019

Préserver l’anonymat de vos données à caractère personnel

Avez-vous une réelle idée du risque que vous courrez d’être identifié parmi un ensemble de données anonymes ? Pour vous inscrire sur des sites ou pour l’installation d’applications, on vous demande bien souvent des informations tels que votre code postal, votre date de naissance, votre état civil… Des chercheurs de l’UCLouvain et de l’Imperial College London se sont intéressés à toutes ces données à caractère personnel régulièrement collectées et partagées en principe de manière « anonymisées ». Et, ils ont montré dans une étude de 2019 qu’il est possible, à partir de vos données apparemment anonymes de vous réidentifier ! C’est pourquoi, ils viennent de créer un Observatoire pour préserver votre anonymat sur le web.

RTBF – Tendances 1ère – Les Tribus – 17/05/2021

Cash Investigation – Données personnelles : l'anonymisation des données [Vidéo - Extrait]

En surfant sur l’Internet ou en téléchargeant des applis, tout utilisateur transmet ses données personnelles, sans vraiment s’en rendre compte. Et ces données seraient anonymisées… L’un des experts les plus réputés au monde sur l’anonymisation explique comment il peut retrouver n’importe qui dans une base de données… à partir de six informations faciles à dénicher.

France 2 – Cash Investigation – 19/05/2021


Comment protéger ses données ?

Le « Guide de protection numérique » proposé par Nothing2Hide est une bonne source d’information. Il est disponible gratuitement en version PDF (4,6 Mo, version de décembre 2019) ainsi que sur un Wiki.
Des conseils de base jusqu’au chiffrement de vos communications en passant par les précautions à prendre lors de la couverture d’un événement, ce « Guide de protection numérique » vous aidera à protéger vos informations en toutes circonstances.

Le manuel « RESOLU », pour « Réseaux Éthiques et Solutions Ouvertes pour Libérer vos Usages », publié chez Framabook, vous accompagnera utilement dans l’adoption de solutions et logiciels libres, très souvent plus respectueux de nos données personnelles.


Agir pour le respect du RGPD avec l'ONG "noyb"

My Privacy is None of Your Businessnoybhttps://noyb.eu/fr

noyb utilise les meilleures pratiques des groupes de défense des droits des consommateurs, des défenseurs de la vie privée, des pirates informatiques et des initiatives de technologie juridique et les fusionne en une plate-forme européenne stable d'application de la loi. Cette plate-forme est complétée par les nombreuses nouvelles possibilités de mise en œuvre prévues par le nouveau règlement européen sur la protection des données (GDPR), noyb est en mesure de soumettre des affaires de protection de la vie privée de manière beaucoup plus efficace qu'auparavant. En outre, le noyb suit l'idée d'un contentieux ciblé et stratégique afin de renforcer votre droit à la vie privée. Nous utiliserons également les initiatives de relations publiques et de médias pour souligner et garantir votre droit à la vie privée sans avoir à aller devant les tribunaux. En fin de compte, noyb est conçu pour s'associer aux organisations, ressources et structures existantes afin de maximiser l'impact de la GDPR, tout en évitant les structures parallèles.

Source ⇒ https://noyb.eu/fr/notre-concept-detaille


Publications à destination des jeunes

Quelques livres

Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
vie_privee/accueil.txt · Dernière modification : 2022/06/26 09:55 de Un utilisateur non connecté